Informations pratiques

  • Projet financé par le programme Interreg V France (Manche) Angleterre via le FEDER (Fond Européen de Développement Régional)
  • Réponse à un objectif spécifique du programme : Proposer un projet innovant pour réduire la pollution par le plastique dans la zone France (Manche) Angleterre.
  • Montant total du projet : 4,2 M€, dont financement européen de 2,9M€
    (soit 69% de FEDER)
  • Montant total pour IRMA : 391.000 €
    dont financement européen de 270.000 €
  • Durée 45 mois (sept 2019 – juin 2023)
  • 10 partenaires : 6 français (UBS, Ifremer, SMEL, NaturePlast, Filt, IRMA) et 4 anglais (Université de Plymouth, Université de Portsmouth, MSE, CEFAS)

Résumé du projet

Réduire l’impact environnemental

Les engins de pêche (filets, casiers…) sont fabriqués à partir de plastiques qui ont une durée de vie estimée à plusieurs centaines d’années, ce qui est problématique en cas de perte en mer. La substitution de ces plastiques par des plastiques biodégradables apparait comme une alternative réaliste pour la directive européenne (2008/56/EC) afin de réduire la pollution des océans sur le long terme.

Le projet INdIGO permettra ainsi réduire de 3% la quantité totale de plastique présente dans la zone France (Manche) Angleterre grâce au développement d’engins de pêche biodégradables, contribuant à l’amélioration de la qualité de l’eau et au maintien de la biodiversité. INdIGO s’attachera aussi à améliorer la prévention et la gestion des pollutions générées par le matériel, en identifiant les filières de recyclage existantes et en développant une application pour localiser le matériel de pêche déjà perdu.

Répondre à des attentes industrielles

Au moyen de 4 modules de travail, INdIGO couvrira la filière de production de l’engin de pêche de la formulation au développement du filet prototype. Le déploiement du filet en mer, les tests de durabilité, l’analyse technico-économique ainsi que l’analyse du cycle de vie du nouveau produit seront ensuite étudiés afin d’éviter un transfert de pollution. L’implication des PME assurera la durabilité économique en exploitant les résultats à la fin du projet. Cette maîtrise de la filière permettra de développer des produits adaptés aux besoins, compétitifs, tout en réduisant leurs impacts sur l’environnement.

Rôle de l’IRMA dans le projet

Dans le partenariat INdIGO, IRMA se focalisera sur la partie environnementale avec la prise en charge des tests de biodégradation en milieu marin. La recherche fondamentale reviendra au cœur de la stratégie de l’entreprise, en développant un nouveau protocole pour les tests d’écotoxicité en milieu marin. Au vue de la conjoncture actuelle liée à la prise de conscience de l’état des océans, IRMA se doit de travailler en amont de la demande, en revenant à une recherche fondamentale et expérimentale.

Les objectifs pour IRMA sont donc d’être en capacité de prouver scientifiquement que le produit qui sera développé dans le cadre du projet INdIGO est réellement assimilable par les microorganismes marins et qu’il ne libèrera pas de substances toxiques pour l’écosystème marin, lors de sa dégradation.

Partenaires du projet

Projet Gwalenn Du
Menu